GRAND TROUBLE

(2019) Projet collaboratif chorégraphie & vidéo.exp

Cécile Noyalet

Typhen Rocchia

François Prodhomme

Des trous béants transportent le vide

Le trouble est grand, l’air est aride

ça vire et volte en zone humide

Les seins se dressent, extase rapide

 

Il voudrait relater son absence, mais les mots filent dans tous les sens

 

...Agitation, dérèglement, perturbation, ébranlement…

 

Il flotte des cris dans le lointain

Les sœurs se serrent, plus de chagrin

Tremblez coyotes, ça brûle enfin

 

ça commence toujours comme ça.

Ça s’embrase à toute allure.

Ça cogne en lui, ça le fissure.

Y a plus d’ici, y a plus de maintenant,

y a rien qu’des plans sur la comète.

il s’enfonce encore dans l’abîme, au plus profond de l’ancienne blessure.

Et ça jaillit, ça se répand.

Ça jette des cailloux face au vent.

 

Des fils géants s’envolent aux cieux

Les flots sont plats, l’eau n’est plus bleue

ça pique et nique à qui mieux mieux

Les jupes s’envolent, brouillard radieux

 

Grain de sable. Dérapages.

Ça s’effondre, ça s’effondre, ça s’effondre en lui, ça s’effondre autour de lui.

 

Odeur de souffre et poing sérrés.

Toujours ces cris dans le lointain

Les sœurs se dressent, se prennent la main

Les louves s’emparent de leur destin

Tremblez coyotes on est demain

 

Texte de Typhen Rocchia

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
1/1

​CECILE NOYALET

 

PHOTOGRAPHE  ///  MOTION DESIGN